Nous proposons des gabarits assez bas, notamment à rue, pour conserver l’esprit d’ouverture actuel du site. Le bâtiment est constitué d’une articulation de volumes, évitant d’avoir un ensemble trop rigide et monolithique dans cet environnement essentiellement organique. Le jeu des volumes confère également une silhouette particulière au bâtiment qui met en exergue les trois fonctions qu’il abrite.

Les volumes « hauts » sont couverts par des toitures à faible pente tandis que les volumes bas reçoivent une toiture plate végétalisée.

Le bâtiment prend la forme d’un « C » au centre duquel se développe un jardin dont l’échelle « domestique » contraste avec l’étendue du parc.

Les alignements des différentes ailes de la construction découlent directement des limites de la zone dévolue à sa construction :

Côté rue, le bâtiment reprend le front de bâtisse de l’ancienne conciergerie pour contribuer, comme auparavant, à définir l’espace rue et à ponctuer l’une des entrée du site.

A l’intérieur du site, le bâtiment épouse la forme des chemins et, notamment, la courbe de l’anneau de circulation centrale ce qui a pour conséquence de faire glisser le regard vers « la villa » située en point de mire.

Les façades sont simples et lisibles. Elles témoignent directement des nécessités des locaux qu’elles abritent (en termes d’éclairage naturel notamment). Elles présentent des contrastes, tantôt assez fermées, tantôt beaucoup plus ouvertes. Elles évitent la répétition systématique de baies identiques.

La plupart des grands locaux de rencontre sont largement vitrés et ouverts sur le jardin.